Exposition Mucha – Paris

Rien de tel que les vacances pour faire le plein de culture. Alors je me suis rendue, seule cette fois-ci, à l’exposition  Mucha au musée du Luxembourg. J’ai d’abord traversé le jardin du Luxembourg.

img_3671

Et puis j’ai fait la queue… Jusqu’à ce que je me rende compte que ceux qui ont déjà des billets pouvaient passer directement et ne pas faire la queue… Tant mieux parce qu’il faisait un froid de canard !

Comme pour toutes les expositions au musée du Luxembourg (en fait pour toutes les expositions parisiennes je crois) il y avait énormément de monde. Si vous pouvez, je vous conseille de laisser votre manteau au vestiaire parce qu’entre le monde et le chauffage, il fait très chaud à l’intérieur.

Qui dit monde dit attendre, attendre de pouvoir lire les écriteaux, attendre de pouvoir admirer les œuvres. Ca fait malheureusement parti du jeu lorsque l’on va dans les musées.

De son nom complet, Alfons Maria Mucha, né à Ivančice (ville de Moravie qui faisait alors partie de l’Empire d’Autriche, aujourd’hui se trouve en République tchèque) le  et mort à Prague le  (à 78 ans), est un affichiste, un illustrateur, un graphiste, un peintre, architecte d’intérieur et décorateur tchèque, fer-de-lance du style Art nouveau.                     Source : Wikipédia

L’exposition est découpée en 6 parties :

  • Un bohémien à Paris
  • Un inventeur d’images
  • Mucha, le cosmpolite
  • Mucha, le mystique
  • Mucha, le patriote
  • Artiste et philosophe 

C’est en 1895 que Mucha connaîtra la célébrité grâce à sa 1ère affiche pour Sarah Bernhardt, la plus grande actrice de l’époque.

img_3601

Mucha est un artiste complet : peintre, sculpteur, photographe, décorateur, mais aussi professeur. En 1904, il sera qualifié du plus grand artiste décoratif du monde.

img_3602

Peu à peu ses convictions politiques et humanistes l’amènent à entreprendre de la peinture d’histoire portées par une vision sociale et philosophique.

img_3603

Le découpage est très bien fait, cela nous permet de comprendre exactement l’évolution des œuvres de Mucha. J’ai notamment appris qu’il a été franc-maçon qui l’influencera dans ses créations jusqu’à la fin de sa vie.

du 12 septembre 2018 au 27 janvier 2019 au Musée du Luxembourg,

métro Cluny-La Sorbonne (ligne 10) ou Saint-Sulpice (ligne 4) ou RER B Luxembourg

13€ plein tarif / 9€ tarif réduit / gratuit pour les moins de 16 ans

 

Publicités

Châteaux de la Loire #8 – Fontevraud

Fontevraud1

Aux frontières de l’Anjou, de la Touraine et du Poitou, c’est l’un des ensembles monastiques les plus importants d’Europe.

Elle est fondée en 1101 près d’une source qui donnera son nom à l’Abbaye : la Fontaine d’Evraud. Aliénor d’Aquitaine la transformera en nécropole royale, elle y repose d’ailleurs avec l’un de ses enfant, Richard Coeur de Lion entre autres.

En 1804, Napoléon 1er transforme l’Abbaye en prison. Elle le restera jusqu’en 1963. Dès lors, des travaux de restauration débutent, et en 1975 elle devient un centre culturel.

Fontevraud4

Je l’ai étudié lors de mes années de fac d’Histoire de l’Art à la Sorbonne et je n’ai aucun souvenir d’un tel site. Je me souviens d’avoir étudié l’architecture beaucoup moins léchée, beaucoup moins « propre ». Au contraire j’ai trouvé un lieu aseptisé qui a perdu son âme. Où sont passées les vibrations des moines qui s’y recueillaient ? Où sont passés les jardins dans lesquels ils travaillaient ?

Fontevraud3

A part l’Abbaye en elle-même et le cloître je n’ai pas véritablement apprécié la visite. C’est dommage parce que cela faisait longtemps que je voulais la voir. Ce qui est à noter (et qui est une excellente initiative) c’est des dessins transposés sur les murs de l’abbaye. Ma fille a adoré !

Fontevraud2

Cet article clôt notre semaine tourangelle. Nous en avons bien profité, le temps était avec nous et nous étions contents de nous retrouver tous ensembles et de changer d’air. A bientôt pour notre prochain chemin qui mènera au Portugal !

Châteaux de la Loire #6 – Chenonceau

Chenonceau1.JPG

Alors, je vous disais dans le 1er article que le programme n’était pas figé. En effet, nous avions prévu d’aller voir Langeais, mais l’idée de retourner dans la ville ne nous emballait pas. Mon mari voulait vraiment voir le château de Chenonceau, alors nous y sommes allés.

Chenonceau2.jpg

Le château de Chenonceau a appartenu à 6 femmes dont Diane de Poitiers. C’est Catherine de Médicis qui fit construire la galerie qui enjambe le Cher. Il est le seul château-pont au monde !

Il fut sauvé 2 fois de la destruction : à la Révolution et pendant la 2éme Guerre Mondiale. Durant cette période, il a souvent été utilisé par la Résistance (le côté nord était zone occupée, le côté sud était zone libre, le Cher faisant office de ligne de démarcation).

Chenonceau3.jpg

La visite de l’intérieur nous fait passer de chambres en salons et de librairie à cuisine. Toutes les pièces sont aménagées avec du mobilier du 16ème siècle. LA galerie Médicis est consacrée à une exposition retraçant l’histoire de ces 6 femmes qui ont fait de Chenonceau le château qu’il est aujourd’hui.

Chenonceau4.jpg

Entre tout ce qu’il y a à visiter à l’intérieur du château et les jardins, le site est immense. Pour en profiter un maximum il faut au-moins compter une demi journée. Petite anecdote, à votre arrivée et à votre départ, vous aurez droit à un concert de grenouilles ! Ma puce n’en ayant jamais vu s’est investie de la mission de les trouver dans les douves.

Châteaux de la Loire #4 – Rivau

Rivau1

Un bel ensemble architectural des 15ème et 16ème siècles doté d’un authentique pont-levis. Il aura fallu une vingtaine d’années pour le restaurer. Dans la tradition de mécénat qui rythmait la vie des châteaux, les créations d’artistes de notre temps dialoguent avec les œuvres d’art des siècles passés.

Rivau1

Pas moins de 14 jardins (dits de contes de fées) ont été créés dans le parc du château.

Rivau2.jpg

Outre les maîtres-œuvres et architectes des 15ème et 16ème siècles qui ont laissé leurs marques dans le château et ses communs, de nombreux artistes contemporains sont présents au Rivau aussi bien dans le parc que dans le château.

Rivau3.jpg

Personnellement j’ai été déçue par ce château qui a certes réussi à sortir son épingle du jeu grâce aux jardins, mais c’est un désastre dans les intérieurs !

Trop de restaurations tue la restauration et ici, le château en a perdu son âme. Il est très cher pour ce que c’est (notre fille a même payé alors que ç’a n’est pas le cas dans la majorité des autres châteaux !!!). Il faudrait qu’ils songent à faire 2 tarifs comme à Villandry : un tarif jardins et un tarif complet château + jardins.


Sources : Château du Rivau et Le Guide du Routard

Châteaux de la Loire #3 – Villandry

Villandry1.JPG

Ce château je l’ai vu il y a 28 ans lorsque j’avais visité les châteaux de la Loire avec mes parents étant petite. Je me revois déambuler dans les parterres des simples (plantes aromatiques et médicinales). Il était donc logique pour moi d’y amener mari et fille.

Villandry2.jpg

D’abord construit en 1536 par le ministre des finances de François 1er, il est, depuis 1906, la propriété de la famille Carvallo.

Remarquable par l’harmonie de son architecture et de ses jardins, Villandry est le dernier des grands châteaux bâtis sur les bords de la Loire à la Renaissance.

La création des jardins, parmi les plus beaux d’Europe, est due au premier propriétaire et son épouse dans le style de ceux qui existaient au 16ème siècle.

Le châteauVillandry3.jpg

 

C’est une demeure vivante (les compositions florales sont changées tous les vendredis et sont en harmonie avec les couleurs des pièces !). D’ailleurs, on peut y croiser le châtelain en personne, puisqu’il est présent presque tous les jours pour y mettre la main à la pâte.

Si les façades Renaissance ont été restituées grâce au propriétaire, le mobilier, lui, date du 18ème siècle.

Villandry4

Les jardins

Villandry6

Villandry doit sans conteste sa renommée internationale à l’ensemble exceptionnel de ses jardins en terrasses. Ils se découpent en 6 parties :

  • le potager décoratif
  • les salons d’ornement
  • le jardin d’eau
  • le jardin du soleil
  • le jardin des simples
  • le labyrinthe

Villandry5.jpg

Malheureusement je n’ai pas retrouvé le jardin des simples, mais les autres ont enchanté mon mari et ma fille, c’est tout ce qui m’importe.