En Ecosse #17 – Edimbourg 2

Le voilà. Le voilà le dernier jour de notre séjour, le dernier jour de vacances…

Il fait un temps superbe, durant la journée nous finirons avec les manteaux dans les sacs et les pulls autour de la taille !

Nous avons eu le bus cette fois-ci et nous sommes allés directement au National Museum of Scotland où nous avons eu une très agréable surprise !

Inauguré en 1998, ses 5 étages retracent l’histoire de l’Ecosse. Sa collection éclectique couvre divers domaines comme l’histoire naturelle, l’archéologie, les technologies scientifiques et industrielles, les arts décoratifs de l’Egypte ancienne, de l’Islam, de la Chine, du Japon, de la Corée et du monde occidental.

Ecosse1Ecosse2Ecosse3

Ce musée est gratuit ! C’est à noter parce qu’en France c’est une denrée rare. J’ai eu un réel coup de cœur parce qu’il est beau, propre et très bien agencé. Je suis fan des scénographies anglo-saxonnes. Pour moi ils ont tous compris à comment les rendre intéressants et attractifs pour y faire venir le public. Nous nous prenons trop au sérieux en France (et je sais de quoi je parle puisque j’ai fait l’Ecole du Louvre !).

Le National Museum of Scotland est aussi attirant pour les enfants que pour les adultes. Nous n’avons pas vu le temps passé et nous y sommes restés toute la matinée. Ma puce a voulu tout voir, tout touché, tout essayé. Je vous le recommande donc vivement.

Nous sommes partis nous balader dans les rues d’Edimbourg : le Royal Mile surtout. Comme vous pouvez le voir, il a fait un temps délicieux.

Ecosse1

Ecosse2.jpg

Comme pour Londres, les façades méritent un bon ravalement. C’est dommage parce que ça donne un air triste à la ville (heureusement qu’il y avait du soleil !!!).

Les fameuses Closes sont d’étonnants passages qui mènent d’un quartier à un autre (parfois il faut monter beaucoup… beaucoup de marches).

Le quartier de la gare grouille, c’est un point névralgique de la ville où l’on doit composer avec les bus, les voitures, alors que sur le Royal Mile tout est piéton. Donc même au niveau sonore c’est plus agréable.

Nous avons fini notre journée dans une boutique qui est assez particulière. Je les suis sur Facebook depuis 1 an environ, mais avant de savoir qu’il s’agissait d’un magasin, je savais qu’ils tissaient leurs tartans et cousaient leurs kilts eux-même. Ils postent parfois des vidéos sur leur page : Tartan Weaving MillOn ne peut pas le louper, il est au pied du château d’Edimbourg.

Ecosse3.jpg

Nous sommes arrivés en-dehors des heures de visites qui permettent de voir les machines à tisser fonctionner, mais elles sont entourées de vitres. Ils fabriquent donc leurs propres tartans, les kilts mais aussi les cornemuses. D’ailleurs, le monsieur que vous voyez sur l’une des photos est en train d’en fabriquer une (il porte un tartan totalement créé sur place et dénommé ni plus ni moins que tartan de la Paix).

Ce magasin est gigantesque ! Je crois qu’il y a 2 ou 3 niveaux. Je n’ai pas pu résister à acheter 2 coupons de tartans pour faire des jupes plissées à ma puce. Nous en avons aussi profité pour faire nos cadeaux de Noël.

Publicités

En Ecosse #16 – Edinburgh Zoo

Après tout le périple que nous avons fait, mon mari et moi avons décidé de faire une surprise à notre puce. Nous avons passé la journée au zoo.

Ouvert en 1913, le zoo d’Edimbourg, de 33 hectares, est l’un des plus grands zoos du monde. Il est le foyer de plus de 1000 animaux. Son programme d’élevage en captivité a sauvé plusieurs espèces menacées : le tigre de Sibérie, l’hippopotame nain et le panda roux.

zoo 1

Ses principaux attraits sont la parade des pingouins (4 ou 5 pingouins qui marchent dans une allée, franchement ils en font tout un pataquès pour pas grand chose, mais notre fille était contente alors…).

zoo 2

Sinon le zoo est très propre, ils ont imaginé un jeu de piste grâce aux Pattes Patrouille. Il faut chercher, réfléchir et les enfants apprennent des choses donc c’est ludique également.

En Ecosse #15 – Edimbourg 1

Nous avons raté le bus et le suivant était trop tard… Nous avons donc conduit jusqu’à Edimbourg et effectivement, la journée nous a coûté cher en parking (donc conseil : évitez de venir avec la voiture dans Edimbourg)  ! Avant de partir j’avais acheté les entrées pour Palace of Hollyroodhouse et pour Edinburgh Castle, mais il faut choisir des horaires (d’où le bus trop tard).

Palace of Hollyroodhouse

C’est la résidence officielle de la reine lorsqu’elle est en Ecosse. D’abord une abbaye, c’est en 1498 qu’elle est transformée en palais.

Le prix de l’entrée comprend un audioguide bien utile pour suivre la visite et en apprendre plus sur l’Histoire de l’Ecosse passée et présente.

 

Hollyrood Abbey est une abbaye augustinienne fondée en 1128. Elle aurait abrité un morceau de la Vraie Croix (rood en ancien écossais, d’où son nom). Les ruines actuelles datent des 12ème et 13ème siècles. Elle est magnifique et le serait encore plus sans tous les touristes chinois qui piétinent les tombes…

 

Nous avons conduit jusqu’au Edinburgh Castle (juste à l’opposé de Palace of Hollyroodhouse).

 

Edinburgh Castle

Surplombant la ville du sommet d’un volcan éteint, le château d’Edimbourg, édifié à partir du 11ème siècle, fut résidence royale avant la création de l’abbaye et du palais de Hollyroodhouse. Bastion militaire souvent assiégé, écrin des joyaux de la couronne écossaise, il abrite plusieurs trésors, dont le Scottish National War Memorial, la pierre de la Destinée (bloc de grès sur laquelle les rois d’Ecosse furent couronnés du 9ème au 13ème siècle), et le plus ancien édifice de la ville : Saint Margaret Chapel.

il a donné son nom à la cité : Din Eidyn (signifiant « forteresse d’Edwin » en gaélique)

 

St Margaret’s Chapel fut construite vers 1130 et figure parmi les plus anciennes églises d’Ecosse. Restaurée par la reine Victoria en 1934, les minuscules vitraux datent de 1920.

 

La caractéristique la plus marquante du Great Hall est la charpente à blochets de son toit du 16ème siècle.

 

Tout au bout de la batterie de Mills Mount (dans la cour) se trouve le One O’Clock Gun, un canon étincelant datant de la Seconde Guerre Mondiale qui tire un obus de 25 livres à 13h pile tous les jours (sauf dimanche, Noël et Vendredi Saint). Il servait à rappeler aux marins d’ajuster leur chronomètre lorsque jadis, les cadrans à heures exactes n’existaient pas.

 

The Royal Mile

Il s’agit en réalité de l’axe Canongate-High Street, baptisé Royal Mile, puisqu’il relie le château au palais.

 

 

En Ecosse #14 – de Dumbarton à Lauder

dumbarton-lauder.png

C’est notre dernière étape avant la fin de notre périple écossais. Il y a comme une odeur de fin de vacances lorsque vous êtes envahis par un sentiment mitigé : l’envie de rester et de découvrir plus, et le moment où vous vous dites « enfin ».

Nous avons fait plusieurs arrêts durant cette journée, réellement tournée vers Outlander.

Blackness Castle

Il fut successivement château royal, prison, puis dépôt d’armement. Il sert désormais de décor de tournages (HamletIvanhoé et Outlander). Il s’agit dans cette dernière série de l’Etat-Major du capitaine Randall à Fort Williams.

Le navire qui n’a jamais navigué.

Fermement agrippée dans la roche, la forteresse semble défier les éléments en enfonçant un angle de ses remparts dans les flots du Firth of Forth, dont l’enceinte a la forme d’une coque de bateau.

IMG_9808

Le donjon du 14ème siècle et les courtines présentent un aspect austère. L’allure sévère est renforcée par les rochers bruts de la cour intérieure.

Midhope Castle

Château datant du 16ème siècle, il est, dans la série Outlander, le domaine de Lallybroch, résidence de James Fraser l’un des personnages principaux.

Le château est dans un état de délabrement significatif. Il est impossible d’y entrer, des affiches sur chaque portes y interdisent l’accès. En plus, on peut voir à travers les fenêtres manquantes qu’une partie de l’intérieur s’est effondré. Le parking en-bas de l’allée est payant.

Nous avions le choix de visiter Hopetoun House et Linlithgow Palace qui sont également 2 lieux de tournages de Outlander. Nous avons opté pour Linlithgow Palace mais lorsque nous sommes arrivés sur place, tout était barré parce que se tournait un film ou une série (nous avons pu voir des hommes en costumes de prêtres et de chevaliers).

Rosslyn Chapel

Nous nous sommes alors dirigés vers Rosslyn Chapel où nous avons pic-niqué.

Construite au 15ème siècle, elle est chargée de symboliques Francs-Maçons et Templiers. Elle a servi au tournage de Da Vinci Code tiré du livre de Dan Brown. Elle est véritablement chargée de vibrations. L’intérieur est juste à couper le souffle.

Malheureusement, il est désormais impossible de photographier l’intérieur depuis qu’un touriste, qui voulait prendre en photo une sculpture, s’est tellement reculé qu’il a en bousculé une autre et l’a cassé…

Nous sommes partis ensuite vers notre dernière maison Airbnb à Lauder. Petite maison vraiment sympathique. Lorsque nous sommes arrivés (par 14°C) le chauffage avait été mis, qu’il faisait bon ! En revanche nous avons un peu galéré à la trouver. Jo, la propriétaire, n’était pas présente à notre arrivée parce qu’elle tient un restaurant (où l’on doit y récupérer les clefs et où nous vous conseillons d’aller manger d’ailleurs). Mais elle est venue un peu plus tard nous demander si nous ne manquions de rien et elle nous a conseillé de prendre le bus qui passe en face du restaurant pour éviter de payer une fortune en parking sur Edimbourg.

En Ecosse #13 – Stirling & Doune

Stirling Doune

Journée châteaux aujourd’hui : nous avons visité le château de Stirling et le château de Doune.

Prenez Stirling, et vous tiendrez l’Ecosse ! 

Cette maxime illustre l’importance stratégique de Stirling et explique qu’une forteresse s’y dresse depuis le 12ème siècle. Ce que l’on voit actuellement date plus du 15ème/16ème siècle. On ne peut s’empêcher de comparer ce château à celui d’Edimbourg, tous deux offrant de magnifiques panoramas. Toutefois, nombreux sont ceux qui trouvent celui de Stirling plus marquant : son emplacement, son architecture et son rôle majeur dans l’histoire du pays jouent en sa faveur.

Dans la cour principale nous pouvons voir différentes constructions dont le Great Hall qui a retrouvé sa splendeur d’antan après 35 ans de travaux ! Personnellement j’ai été très surprise (pour ne pas dire choquée) par les restaurations faites. Je pense que je suis trop formatée Ecole du Louvre, et je trouve que ça fait très décor de carton pâte… Je ne pense qu’ils aient sortis ces couleurs sans un minimum de recherches mais c’est très déroutant.

Ces restaurations ont aussi été faites dans le Palais Renaissance où des acteurs étaient présents en costumes. J’ai trouvé cela très intéressant parce qu’ils répondaient aux questions des visiteurs en différentes langues, ils expliquaient l’histoire du personnage qu’ils incarnaient.

Petite perle que nous avons adoré mon mari et moi : le Musée des Argyll and Sutherland Highlanders. Il s’agit des souvenirs des expéditions et guerres coloniales auxquelles a participé ce régiment patronné par Elisabeth II. Les dons sont vivement recommandés.

Nous sommes partis ensuite pour Doune Castle. C’est le 1er château de la série littéraire et télévisée Outlander que nous visitons. Datant de la fin du 14ème siècle, il a servi à des activités militaires pendant les guerres d’indépendance et la Guerre des Trois Royaumes. Il est presque resté intact et a servi à plusieurs tournages : Sacré Graal des Monty Python, Game of Thrones (décor de Winterfell pour les connaisseurs) ou récemment Outlander (castle Leoch). Il ne reste plus rien à l’intérieur, seul le grand hall semble vivant. Je déconseille la visite aux personnes qui ne sont pas sûres de leurs pas, les escaliers sont TRES étroits et parfois totalement dans le noir (ok nous étions en fin de journée mais quand même), nous avons dû sortir nos portables pour voir où nous mettions les pieds !